Get access

Comprehensive geriatric assessment for older adults admitted to hospital

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Comprehensive geriatric assessment (CGA) is a multi-dimensional, multi-disciplinary diagnostic and therapeutic process conducted to determine the medical, mental, and functional problems of older people with frailty so that a co-ordinated and integrated plan for treatment and follow-up can be developed. This is an update of a previously published Cochrane review.

Objectives

We sought to critically appraise and summarise current evidence on the effectiveness and resource use of CGA for older adults admitted to hospital, and to use these data to estimate its cost-effectiveness.

Search methods

We searched CENTRAL, MEDLINE, Embase, three other databases, and two trials registers on 5 October 2016; we also checked reference lists and contacted study authors.

Selection criteria

We included randomised trials that compared inpatient CGA (delivered on geriatric wards or by mobile teams) versus usual care on a general medical ward or on a ward for older people, usually admitted to hospital for acute care or for inpatient rehabilitation after an acute admission.

Data collection and analysis

We followed standard methodological procedures expected by Cochrane and Effective Practice and Organisation of Care (EPOC). We used the GRADE approach to assess the certainty of evidence for the most important outcomes. For this update, we requested individual patient data (IPD) from trialists, and we conducted a survey of trialists to obtain details of delivery of CGA. We calculated risk ratios (RRs), mean differences (MDs), or standardised mean differences (SMDs), and combined data using fixed-effect meta-analysis. We estimated cost-effectiveness by comparing inpatient CGA versus hospital admission without CGA in terms of cost per quality-adjusted life year (QALY) gained, cost per life year (LY) gained, and cost per life year living at home (LYLAH) gained.

Main results

We included 29 trials recruiting 13,766 participants across nine, mostly high-income countries. CGA increases the likelihood that patients will be alive and in their own homes at 3 to 12 months' follow-up (risk ratio (RR) 1.06, 95% confidence interval (CI) 1.01 to 1.10; 16 trials, 6799 participants; high-certainty evidence), results in little or no difference in mortality at 3 to 12 months' follow-up (RR 1.00, 95% CI 0.93 to 1.07; 21 trials, 10,023 participants; high-certainty evidence), decreases the likelihood that patients will be admitted to a nursing home at 3 to 12 months follow-up (RR 0.80, 95% CI 0.72 to 0.89; 14 trials, 6285 participants; high-certainty evidence) and results in little or no difference in dependence (RR 0.97, 95% CI 0.89 to 1.04; 14 trials, 6551 participants; high-certainty evidence). CGA may make little or no difference to cognitive function (SMD ranged from -0.22 to 0.35 (5 trials, 3534 participants; low-certainty evidence)). Mean length of stay ranged from 1.63 days to 40.7 days in the intervention group, and ranged from 1.8 days to 42.8 days in the comparison group. Healthcare costs per participant in the CGA group were on average GBP 234 (95% CI GBP -144 to GBP 605) higher than in the usual care group (17 trials, 5303 participants; low-certainty evidence). CGA may lead to a slight increase in QALYs of 0.012 (95% CI -0.024 to 0.048) at GBP 19,802 per QALY gained (3 trials; low-certainty evidence), a slight increase in LYs of 0.037 (95% CI 0.001 to 0.073), at GBP 6305 per LY gained (4 trials; low-certainty evidence), and a slight increase in LYLAH of 0.019 (95% CI -0.019 to 0.155) at GBP 12,568 per LYLAH gained (2 trials; low-certainty evidence). The probability that CGA would be cost-effective at a GBP 20,000 ceiling ratio for QALY, LY, and LYLAH was 0.50, 0.89, and 0.47, respectively (17 trials, 5303 participants; low-certainty evidence).

Authors' conclusions

Older patients are more likely to be alive and in their own homes at follow-up if they received CGA on admission to hospital. We are uncertain whether data show a difference in effect between wards and teams, as this analysis was underpowered. CGA may lead to a small increase in costs, and evidence for cost-effectiveness is of low-certainty due to imprecision and inconsistency among studies. Further research that reports cost estimates that are setting-specific across different sectors of care are required.

Résumé scientifique

L'évaluation gériatrique standardisée pour les personnes âgées admises à l'hôpital

Contexte

L'évaluation gériatrique standardisée (EGS) est un processus diagnostique et thérapeutique pluridimensionnel et pluridisciplinaire réalisé afin d'identifier les problèmes médicaux, de santé mentale et fonctionnels des personnes âgées ayant des facteurs de fragilité de manière à ce qu'un programme de traitement coordonné et intégré ainsi qu'un suivi puissent être développés. Cet article est une mise à jour d'une revue Cochrane précédemment publiée.

Objectifs

Nous avons cherché à évaluer et à résumer de manière critique les preuves actuelles portant sur l'efficacité des EGS et sur l'utilisation des ressources associées pour les personnes âgées admises à l'hôpital, et nous voulions utiliser ces données pour estimer le rapport coût-efficacité de cette intervention.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, dans trois autres bases de données, et dans deux registres d'essais cliniques le 5 octobre 2016 ; nous avons également vérifié les références bibliographiques et contacté les auteurs des études.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais randomisés ayant comparé les EGS en contexte hospitalier (fournies dans des unités gériatriques ou par des équipes mobiles) par rapport aux soins habituels dans un service de médecine générale ou dans un service pour les personnes âgées, généralement admises à l'hôpital pour des soins aigus ou pour une rééducation en milieu hospitalier après une admission pour des problèmes aigus.

Recueil et analyse des données

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane et EPOC (Effective Practice and Organisation of Care). Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la certitude des preuves pour les résultats les plus importants. Pour cette mise à jour, nous avons sollicité les données individuelles des patients (DIP) auprès des investigateurs et nous avons interrogé les investigateurs pour obtenir des détails concernant la réalisation des EGS. Nous avons calculé les risques relatifs (RR), les différences moyennes (DM) ou les différences moyennes standardisées (DMS), et nous avons combiné les données à l'aide d'une méta-analyse à effets fixes. Nous avons estimé le rapport coût-efficacité en comparant les EGS en milieu hospitalier par rapport à l'admission à l'hôpital sans EGS en termes de coût par année de vie pondérée par la qualité (AVPQ) gagnée, de coût par année de vie (AV) gagnée, et de coût par année de vie au domicile (AVD) gagnée.

Résultats principaux

Nous avons inclus 29 essais portant sur 13 766 participants répartis dans neufs pays à revenu principalement élevé. Les EGS augmentent la probabilité que les patients soient en vie et à leur domicile au bout de 3 à 12 mois de suivi (risque relatif (RR) 1,06, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,01 à 1,10 ; 16 essais, 6799 participants ; preuves de haute certitude), ceux-ci mènent à des différences faibles à insignifiantes au niveau de la mortalité au bout de 3 à 12 mois de suivi (RR 1,00, IC à 95 % 0,93 à 1,07 ; 21 essais, 10 023 participants ; preuves de haute certitude), ceux-ci diminuent la probabilité que les patients soient admis dans un établissement pour personnes âgées au bout de 3 à 12 mois de suivi (RR 0,80, IC à 95 % 0,72 à 0,89 ; 14 essais, 6285 participants ; preuves de haute certitude) et ceux-ci mènent à des différences faibles à insignifiantes au niveau de la dépendance (RR 0,97, IC à 95 % 0,89 à 1,04 ; 14 essais, 6551 participants ; preuves de haute certitude). Les EGS pourraient n'avoir que peu ou pas d'effet sur les fonctions cognitives (DMS allant de -0,22 à 0,35 (5 essais, 3534 participants ; preuves de faible certitude)). La durée moyenne du séjour variait de 1,63 jours à 40,7 jours dans le groupe intervention et de 1,8 jours à 42,8 jours dans le groupe de comparaison. Les coûts des soins de santé par participant dans le groupe recevant les EGS étaient en moyenne de 234 GBP (IC à 95 % de -144 GBP à 605 GBP) plus élevés par rapport au groupe recevant les soins habituels (17 essais, 5303 participants ; preuves de faible certitude). Les EGS pourraient conduire à une légère augmentation de 0,012 AVPQ (IC à 95 % -0,024 à 0,048), avec 19 802 GBP par AVPQ gagnée (3 essais ; preuves de faible certitude), à une légère augmentation de 0,037 AV (IC à 95 % de 0,001 à 0,073), avec 6305 GBP par AV gagnée (4 essais ; preuves low-certainty), et à une légère augmentation de 0,019 AVD (IC à 95 % -0,019 à 0,155), avec 12 568 GBP par AVD gagnée (2 essais ; preuves de faible certitude). La probabilité que les EGS soient rentables à un ratio plafond de 20 000 GBP par AVPQ, AV et AVD était de 0,50, 0,89 et 0,47, respectivement (17 essais, 5303 participants ; preuves de faible certitude).

Conclusions des auteurs

Les patients âgés sont plus susceptibles d'être en vie et à leur domicile lors du suivi lorsque ceux-ci avaient obtenu une EGS lors de l'admission à l'hôpital. Nous ne savons pas si les données montrent une différence en termes d'effet entre les services et les équipes, car la puissance statistique était trop faible pour cette analyse. Les EGS pourraient conduire à une légère augmentation des coûts, et les preuves concernant le rapport coût-efficacité sont de faible certitude en raison de l'imprécision et du manque de cohérence entre les résultats des études. Davantage de recherches rapportant des estimations des rapports coûts-efficacité spécifiques dans différents contextes de soins sont nécessaires.

Plain language summary

Comprehensive geriatric assessment for older adults admitted to hospital

What is the aim of this review?

The aim of this Cochrane Review was to find out if organised and co-ordinated specialist care (known as comprehensive geriatric assessment, or CGA) can improve care provided to older people admitted to hospital. Researchers at Cochrane collected and analysed all relevant studies to answer this question and included 29 trials in the review.

Key messages

Giving older people who are admitted to hospital access to specialist co-ordinated geriatric assessment (CGA) services on admission to hospital increases the chances that they will be alive in their own homes at follow-up.

What was studied in the review?

Older people admitted to hospital may have multiple, complex, and overlapping problems. They are more prone to rapid loss of independence during an acute illness, leading to potential admission to a nursing home. Some of this decline might be avoided if care needs are identified appropriately and if treatment is co-ordinated and managed. Specialist co-ordinated care (known as comprehensive geriatric assessment, or CGA) was developed to address medical, social, mental health, and physical needs with the help of a skilled multi-disciplinary team. The aims are to maximise recovery and to return patients to previous levels of function when possible. In hospital, CGA is carried out on a geriatric ward, or on a general ward that is visited by a specialist geriatric team.

What are the main results of the review?

Review authors found 29 relevant trials from nine countries that recruited 13,766 people. These studies compared CGA with routine care for patients over 65 who were admitted to hospital. Most trials evaluated CGA that was provided on a specialised hospital ward or across several wards by a mobile team. The review shows that older people who receive CGA rather than routine medical care after admission to hospital are more likely to be living at home and are less likely to be admitted to a nursing home at up to a year after hospital admission.

We found no evidence that CGA reduces risk of death during follow-up at up to a year after admission, and we noted that CGA appeared to make little or no difference in dependence (whether patients need help for everyday activities such as feeding and walking).

We found too much variation in cognitive function and length of hospital stay to draw a conclusion. Uncertainty regarding the cost-effectiveness analysis suggests that further research is needed.

How up-to-date is this review?

Review authors searched for studies that had been published up to 5 October 2016.

Résumé simplifié

L'évaluation gériatrique standardisée pour les personnes âgées admises à l'hôpital

Quel est l'objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer si les soins spécialisés, organisés et coordonnés (connus sous le nom d'évaluation gériatrique standardisée ou d'EGS) peuvent améliorer les soins fournis aux personnes âgées admises à l'hôpital. Des chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes afin de répondre à cette question et ceux-ci ont inclus 29 essais dans la revue.

Messages clés

Offrir aux personnes âgées admises à l'hôpital un accès à des services d'évaluation gériatrique standardisée (EGS) lors de l'admission à l'hôpital augmente les chances que ceux-ci soient encore en vie et qu'ils vivent à domicile lors du suivi.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Les personnes âgées admises à l'hôpital peuvent avoir des problèmes multiples, complexes, et se chevauchant. Celles-ci sont plus susceptibles de perdre rapidement leur indépendance lorsqu'elles sont affectées par une maladie aiguë, ce qui peut potentiellement les conduire à être admises dans un établissement pour personnes âgées. Une part de ce déclin pourrait être évitée si les besoins en soins sont identifiés de façon appropriée et si le traitement est coordonné et bien organisé. Les soins spécialisés coordonnés (connus sous le nom d'évaluation gériatrique standardisée ou d'EGS) ont été développés pour répondre aux besoins médicaux, sociaux, de santé mentale et physiques au moyen d'une équipe pluridisciplinaire qualifiée. L'objectif est de favoriser le rétablissement des patients et la reprise des précédents niveaux de fonction lorsque cela est possible. À l'hôpital, les EGS sont réalisées dans un service de gériatrie, ou dans une unité de soins médicaux généraux au travers d'une visite par une équipe spécialisée en soins gériatriques.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Les auteurs de la revue ont identifié 29 essais pertinents issus de neuf pays ayant recruté 13 766 personnes. Ces études ont comparé les EGS aux soins de routine pour les patients de plus de 65 ans admis à l'hôpital. La plupart des essais ont évalué les EGS ayant été fournies dans un service hospitalier spécialisé ou dans plusieurs services par une équipe mobile. La revue montre que les personnes âgées recevant une EGS plutôt que les soins médicaux de routine après l'admission à l'hôpital sont plus susceptibles d'être en vie et à domicile et que celles-ci sont moins susceptibles d'être admises dans un établissement pour personnes âgées lors du suivi jusqu'à un an après l'admission à l'hôpital.

Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que les EGS réduisent le risque de décès au cours de la période de suivi jusqu'à un an après l'admission, et nous avons noté que les EGS semblaient n'avoir que peu ou pas d'effet sur la dépendance (si les patients ont besoin d'aide pour les activités quotidiennes, telles que l'alimentation et la marche).

Nous avons identifié de trop larges variations dans les résultats concernant les fonctions cognitives et les durées de séjour à l'hôpital pour pouvoir en tirer des conclusions. Les incertitudes concernant les analyses du rapport coût-efficacité suggèrent que des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché des études ayant été publiées jusqu'au 5 octobre 2016.

Notes de traduction

Traduction réalisée par Martin Vuillème

Streszczenie prostym językiem

Kompleksowa ocena geriatryczna osób w podeszłym wieku przyjmowanych do szpitali

Jaki jest cel przeglądu?

Celem tego przeglądu jest ustalenie czy zorganizowane i skoordynowane postępowanie specjalistyczne (znane jako kompleksowa ocena geriatryczna, ang. comprehensive geriatric assessment, CGA) może poprawić jakość opieki nad osobami starszymi przyjmowanymi do szpitali. Aby odpowiedzieć na to pytanie badacze Cochrane zebrali i przeanalizowali wszystkie istotne badania i uwzględnili w tym przeglądzie 29 z nich.

Kluczowe przesłanie

Osoby starsze przyjęte do szpitala i natychmiast objęte całościową oceną geriatryczną (COG) mają większe szanse na dalsze życie we własnym domu.

Co było przedmiotem przeglądu?

Osoby starsze przyjmowane do szpitala mogą mieć liczne, złożone i nawarstwiające się problemy zdrowotne. Ludzie starsi są bardziej narażeni na niepełnosprawność w przebiegu ciężkich schorzeń, co może prowadzić do umieszczenia ich w zakładach opiekuńczo-lecznicznych. Przy właściwym określeniu celów opieki oraz wprowadzeniu odpowiednio skoordynowanego leczenia można uniknąć lub zmniejszyć stopień niepełnosprawności. Specjalistyczna skoordynowana ocena z udziałem doświadczonego zespołu wielodyscyplinarnego (znana jako COG lub CGA; comprehensive geriatric assessment) została opracowana, aby sprostać potrzebom medycznym, społecznym, psychicznym i fizycznym pacjentów. Celem tych działań jest poprawa stanu zdrowia chorych w najwyższym możliwym stopniu oraz jeśli to możliwe, przywrócenie wcześniejszego poziomu funkcjonowania. W szpitalach COG przeprowadza się na oddziałach geriatrycznych lub na oddziałach internistycznych odwiedzanych przez specjalne zespoły geriatryczne.

Jakie były główne wyniki przeglądu?

Autorzy przeglądu odnaleźli 29 istotnych badań przeprowadzonych w 9 krajach u łącznie 13766 osób. Badania te porównywały GOG z rutynową opieką u osób powyżej 65 lat przyjętych do szpitala. Większość badań oceniała pacjentów objętych COG na oddziałach specjalistycznych lub też na różnych oddziałach będących pod nadzorem mobilnego zespołu specjalistów. W przeglądzie wykazano, że w przypadku osób starszych przyjętych do szpitali i objętych COG, a nie rutynową opieką, zwiększa się prawdopodobieństwo dalszego funkcjonowania w dom i zmniejsza się ryzyko skierowania tych osób do domu opieki w ciągu roku po wypisie ze szpitala.

Nie znaleźliśmy dowodów potwierdzających, że COG zmniejsza ryzyko zgonu w ciągu roku od wypisu ze szpitala. Stwierdziliśmy ponadto, że COG wpływa w niewielkim stopniu lub wogóle na samodzielność tych osób (przy codziennych czynnościach, takich jak: jedzenie i chodzenie).

Dane dotyczące czynności poznawczych i czasu pobytu w szpitalu były zbyt zróżnicowane, aby móc sformułować wnioski na ten temat. Niepewność co do opłacalności COG wskazuje, że konieczne są dalsze badania w tej kwestii.

Na ile aktualny jest przegląd?

Autorzy przeglądu szukali badań, które zostały opublikowane do 5 października 2016 r.

Uwagi do tłumaczenia

Tłumaczenie: Konrad Fertliński Redakcja: Piotr Szymczak, Ewa Płaczkiewicz-Jankowska, Małgorzata Kołcz

Laienverständliche Zusammenfassung

Umfassendes geriatrisches Assessment für ältere erwachsene Krankenhauspatienten

Was ist das Ziel dieses Reviews?

Das Ziel dieses Cochrane Reviews war herauszufinden, ob organisierte und koordinierte Versorgung durch Spezialisten (bekannt als umfassendes geriatrisches Assessment, engl. comprehensive geriatric assessment ( CGA)) die Versorgung älterer Personen, die ins Krankenhaus aufgenommen wurden, verbessern kann. Die Reviewautoren suchten und analysierten alle relevanten Studien um diese Frage zu beantworten und schlossen 29 Studien in diesen Review ein.

Hauptaussagen

Ein durch Spezialisten koordiniertes geriatrisches Assessment erhöht bei älteren Menschen, die ins Krankenhaus aufgenommen werden, die Wahrscheinlichkeit, in der Nachbeobachtungsperiode in ihre eigene Wohnung zurückzukehren.

Was wurde in diesem Review untersucht?

Ältere Menschen, die ins Krankenhaus aufgenommen werden, können verschiedene komplexe und sich überschneidende Probleme haben. Sie sind anfälliger für einen schnellen Verlust ihrer Unabhängigkeit während einer akuten Erkrankung, was möglicherweise zu einem Einzug in ein Pflegeheim führt. Ein Teil dieser Verschlechterungen könnte verhindert werden, wenn Pflegebedarfe korrekt identifiziert werden und die Behandlung koordiniert und organisiert erfolgt. Die von Spezialisten koordinierte Pflege (bekannt als umfassendes geriatrisches Assessment) wurde entwickelt, um auf medizinische, soziale, psychologische und körperliche Bedürfnisse mithilfe eines multidisziplinären Teams einzugehen. Die Ziele sind die bestmögliche Genesung und, falls möglich, die Wiederherstellung des vorherigen Funktionalitätsniveaus. Im Krankenhaus wird CGA in geriatrischen Abteilungen durchgeführt oder auf allgemeinen Stationen, die von einem spezialisierten geriatrischen Team besucht werden.

Was sind die Hauptergebnisse des Reviews?

Die Reviewautoren fanden 29 relevante Studien aus neun Ländern, die 13.766 Personen einschlossen. Diese Studien verglichen das umfassende geriatrische Assessment mit der Standardversorgung von Patienten über 65, die in ein Krankenhaus aufgenommen wurden. Die meisten Studien untersuchten CGA auf spezialisierten Krankenhausstationen oder durch ein mobiles spezialisiertes Team auf verschiedenen Stationen. Der Review zeigt, dass ältere Menschen, die nach der Krankenhausaufnahme CGA anstelle der Standardversorgung erhalten, bis zu einem Jahr nach der Aufnahme eher zu Hause wohnen und seltener in ein Pflegeheim eingewiesen werden.

Wir fanden keine Evidenz, dass CGA das Sterberisiko während der Nachbeobachtung von bis zu einem Jahr nach der Krankenhausaufnahme reduziert. Außerdem scheint CGA keinen oder nur einen geringen Unterschied hinsichtlich der Pflegebedürftigkeit (ob Patienten Hilfe für alltägliche Aktivitäten, wie essen und gehen, benötigen) zu machen.

Wir fanden zu viele Unterschiede hinsichtlich der kognitiven Leistungsfähigkeit und der Dauer des Krankenhausaufenthalts, um zu Schlussfolgerungen zu gelangen. Die Unsicherheit bezüglich der Kosten-Wirksamkeits-Analyse legt nahe, dass weitere Forschung nötig ist.

Wie aktuell ist dieser Review?

Die Review-Autoren suchten nach Studien, die bis zum 5. Oktober 2016 veröffentlicht worden waren.

Anmerkungen zur Übersetzung

A. Wenzel, freigegeben durch Cochrane Deutschland.